TIFF 2019

TRANSILVANIA INTERNATIONAL FILM FESTIVAL 2019

La 18ème édition du Transilvania International Film Festival se déroule du 31 mai au 9 juin à Cluj-Napoca. Le TIFF est le festival du septième art le plus apprécié en Roumanie, attirant de nombreux fans de cinéma d’Europe centrale et de l’est, mais aussi des réalisateurs, des producteurs et des professionnels de l’industrie du film. Fondé par le réalisateur Tudor Giurgiu, le TIFF célèbre l’originalité et l’indépendance explorant les dernières tendances du cinéma international. Cette année l’invité spécial du festival est l’acteur Nicolas Cage qui recevra le  Transilvania Trophy for Special Contribution to World Cinema.

 

COMPETITION

THE HUMORIST de Michael Idov – 1984, Union Soviétique. Boris, acteur de stand-up juif russe, est tourmenté non seulement pas l’oppression extérieure et la censure mais également par ses propres incertitudes. La gloire et le manque de liberté personnelle, le rendent fou. Alors que les leaders lui dictent ce sur quoi il peut blaguer ou pas, il déraille. Armée de la très américaine et  exotique notion  d‘insult humour, il prend se revanche.

THE MAN WHO SURPRISED EVERYONE d’Alexey Chupov – Egor est un garde-forestier dans la taïga sibérienne. C’est un bon père de famille, respecté dans son village. Lui et sa femme attendent un deuxième enfant. Mais un jour Egor découvre qu’il a un cancer et seulement deux mois à vivre. Aucune médecine traditionnelle ni même le chamanisme ne peuvent le sauver. N’ayant d’autre choix il fait une tentative désespérée de défier la mort. Egor décide de prendre l’identité d’une femme comme un moyen de lutter contre la maladie. Sa famille et la société locale doivent désormais accepter son choix.

 

ROMANIAN FILM DAYS, le cinéma roumain et ses nouveaux talents émergents

THE DISTANCE BETWEEN ME AND ME de Mona Nicoara – Un film intense et personnel sur l’art, la croyance et la politique. A l’aide de la mémoire individuelle et d’archives officielles, le portrait de la juive roumaine Nina Cassian, poète avant-gardiste, musicienne, artiste, femme fatale, buveuse invétérée, de son refuge dans l’underground communiste à la confrontation avec le régime de Ceaucescu dans les années 70 qui la conduisit à s’exiler à New York en 1985.

MOON HOTEL KABUL d’Anca Damian – Ivan Semciuc est un journaliste d’investigation cynique. Il combine habilement la vérité et la fiction dans ses rapports. Un jour quelque chose de similaire se passe dans sa vie: à la fin d’une mission à Kaboul il passe une nuit avec Ioana, la traductrice. L’évènement parait anodin, mais le lendemain, de retour à Bucarest, Ivan découvre que Ioana a été tuée avec les poignets tranchés. Sa routine entre dans une profonde révolution, Ioana le hante, elle est plus présente dans la mort qu’elle ne l’a été dans la vie.

 

SUPERNOVA, des films projetés dans d’autres festivals internationaux

ROJO de Benjamín Naishta – Au milieu des années 70, un homme étrange arrive dans une petite ville de province. Dans un restaurant, sans raison apparente, il commence à insulter Claudio, un avocat renommé. La communauté soutient l’avocat et l’étranger est humilié et chassé. Plus tard la même nuit l’étranger, qui est déterminé à se venger, intercepte Claudio et sa femme Susana. L’avocat prend alors un chemin sans retour incluant la mort, les secrets et le silence.

THE ANNOUNCEMENT de Mahmut Fazıl Coşkun – Le coup d’état militaire de 1963 en Turquie. L’occupation de la station de radio nationale d’Istanbul et l’annonce du succès du coup d’état. Basé sur des faits réels qui se sont déroulés au cours d’une nuit, la reconstruction du suspense d’un évènement dont les effets se reflètent, aujourd’hui plus que jamais, sur la situation politique de la Turquie contemporaine.

THE RIVER d’Emir Baigazin – L’histoire d’une famille isolée et apparemment réfractaire à la modernité au Kazakhstan. Le rythme de vie des cinq enfants est réglé par les ordres du père, un homme rigide dans sa sévère moralité. Le fleuve qui coule à côté de leur maison représente le monde de la liberté dans lequel les enfants se réfugient pour fuir du regard du père, un lieu où ils peuvent réaliser leurs désirs. Un jour un garçon arrive avec des habits de la ville, un iPad, un autre mode de vie.

THE THIRD WIFE d’Ash Mayfair – May est une épouse enfant, elle a quatorze ans et elle a été choisie pour être la troisième femme d’un riche propriétaire terrien. May est contente de sa nouvelle condition, avec les autres concubines qui l’introduisent au monde de la séduction et du plaisir, mais elle sait que seule la naissance d’un fils pourra la mettre à l’abri. Une plongée dans le Vietnam du 19ème siècle et de la condition des femmes.

THE SPY GONE NORTH de Jong-bin Yoon – En 1993, l’ex officier militaire Park Suk-young est recruté comme espion par la Corée du Sud avec le nom de de code ‘Black Venus’. Il est envoyé pour infiltrer une groupe d’officiels nord-coréens basés à Pékin. Il doit essayer d’obtenir des informations sur le programme nucléaire de la Corée du Nord. Après s’être rapproché d’une personne d’influence clé, Black Venus réussit à obtenir la confiance des leaders nord-coréens bien au-delà de ses attentes. Mais des machinations politiques des deux côtés menacent de faire échouer ses plans.

TOO LATE TO DIE YOUNG de Dominga Sotomayor Castillo – Chili, 1990.  Un petit groupe de familles vivent dans une communauté isolée au pied des Andes, construisant un nouveau monde loin des excès urbains, avec la liberté émergente qui a suivi la fin récente de la dictature. Ici les adolescents Sofia et Lucas, ainsi que Clara, dix ans, sont voisins sur cette terre aride. Ils luttent avec leurs parents, connaissent leurs premières amours, affrontent des peurs nouvelles, alors qu’ils se préparent à une grande fête pour le Nouvel An. Ils vivent peut-être loin des dangers de la ville, mais pas de ceux de la nature.

 

WHAT’S UP DOC

DREAM AWAY de Marouan Omara e Johanna Domke – Cela ne fait pas si longtemps que des milliers de touristes se rendaient en vacances à Sharm El Sheikh dans la péninsule du Sinaï en Égypte. Le printemps arabe et la confusion de la période post révolutionnaire ont privé la destination de son attrait. Un documentaire fiction avec des aspects surréels qui nous conduit dans une ville sans vie, peuplée de fantômes et de suites vides et abandonnées.

COLD CASE HAMMARSKJÖLD de Mads Brügger – En 1961 le secrétaire général des Nations Unies Dag Hammarskjöld meurt dans un mystérieux accident d’avion. A l’époque il était engagé dans le soutien de l’indépendance du Congo, s’opposant aux volontés des compagnies minéralières européennes. Ce fut en réalité un meurtre déguisé. Cinquante ans après le cas est toujours irrésolu. Une enquête qui essaye de se confronter avec la vérité ensablée dans des mystères, des conspirations et des fausses pistes.

KABUL CITY IN THE WIND d’Aboozar Amini – La violence est une composante toujours présente dans la vie d’Afshin et de son frère Benjamin, qui ont grandi sous les bombes, les coups de mortier, les explosions et les ruines. Quand leur père abandonne ses fils pour fuir en Iran, Afshin se retrouve à devoir élever son petit frère. De l’autre côté de la ville Abas maintient chaque jour en état de circuler son vieil autobus, cible d’attaques terroristes. Un hommage à une ville et un pays lacérés par une guerre infinie.

MIDNIGHT FAMILY de Luke Lorentzen – A Mexico City il y a moins de 45 ambulances pour une ville de 9 millions d’habitants. La famille Ochoa gagne sa vie difficilement grâce à leur ambulance privée, transportant les blessés à l’hopital dans l’espoir d’être récompensés financièrement de leurs efforts. Quand une irruption de la police force la famille à légitimer leurs opérations, leur situation financière désespérée les pousse à des pratiques douteuses.

 

ORA DE RELIGIE, religion et foi dans leurs ramifications sociales et politiques

A SHELTER AMONG THE CLOUDS de Robert Budina – Besnik est un berger seul et un musulman dévoué, hanté par un amour insatisfait. Il est le fils d’une mère catholique et d’un père ancien communiste dont il s’occupe dans un village dans les montagnes d’Albanie. Là-haut les musulmans et les chrétiens ont trouvé une façon de cohabiter dans la paix. Même après la découverte que la vieille mosquée était auparavant une église, le calme de la vie quotidienne peut être préservée – avec l’aide de Besnik. Après la mort de son père, des changements drastiques menacent la famille multi-croyante de Besnik et le berger est contraint de chercher son propre chemin.

M de Yolande Zauberman – Bnei Brak, capitale des Haredim, les juifs ultra-orthodoxes, où Menahem Lang a grandi. Il était connu pour sa voix, devenant un interprète reconnu de chants liturgiques. Depuis lors il cache un secret: durant des années il a été violé par des membres de la communauté qui le vénérait. Menahem réussit à ouvrir la porte de ce monde interdit, en retournant sur la scène du crime. C’est aussi un retour vers les endroits qu’il aimait. Mais est-ce une réconciliation?

GOD EXISTS, HER NAME IS PETRUNYA de Teona Strugar Mitevska – Petrunya a trente et un an, malgré les conseils de sa mère de dire qu’elle en a vingt quatre. Elle a étudié l’histoire, ce qui semble ne pas servir à grand-chose dans un pays comme la Macédoine. Elle ne trouve pas de travail jusqu’à ce qu’elle ne décide de s’inscrire à la croix sacrée (jetée tous les ans par le prêtre dans le fleuve gelé). Elle est plus vive que tout le monde et remporte la compétition devant de nombreux hommes. Une satire mélancolique sur l’état de la démocratie en Macédoine, le machisme et le pouvoir de l’église encore dominant.

CANARY de Christiaan Olwagen – La relation compliquée entre sexualité et foi déstabilise l’existence d’un jeune soldat Johan qui doit faire son service militaire dans la chorale de l’église des forces de défense sud-africaine. Se déroulant en Afrique du Sud en 1985, une histoire d’amour qui parle d’identité et d’acceptation dans un monde uniforme.

 

FOCUS ALBANIA

BOTA d’Iris Elezi – Peuplé de charmants excentriques, le café Bota est un témoin silencieux des vies et des secrets de gens qui vivent dans l’ombre du passé. Longtemps après la fin de la dictature en Albanie, les vies des locaux stagnent, souvent trop pauvres pour saisir les opportunités que la liberté leur a offerte. Mais le progrès, sous la forme d’un projet de construction d’une autoroute, amène du changement et de nouvelles décisions pour ce café très spécial.

 

FOCUS FRANCE

SYSTEME K de Renaud Barret – Kinshasa, République Démocratique du Congo, 2017. Dans cette jungle urbaine de 13 millions d’habitants, au milieu du chaos politique et social, une éclectique scène artistique émerge. Des artistes visuels underground créent à partir de rien, en utilisant des objets recyclés et leurs propres corps pour exprimer leur rage, mais aussi leurs rêves de changement. Malgré les persécutions constantes des autorités, les tabous d’une société traditionnelle et la lutte personnelle des artistes, le mouvement ne peut plus être arrêté.

SYNONYMS de Nadav Lapid – Yoav, un jeune israélien, est déterminé à éliminer ses origines et à devenir français. A Paris il abandonne l’hébreu et essaye par tous les moyens de trouver une nouvelle identité.

 

FOCUS CHINA

JINPA de Pema Tseden – Sur une route isolée qui traverse les vastes plaines du Tibet, un chauffeur de camion qui a accidentellement écrasé un mouton tombe sur un jeune homme qui fait du stop. Alors qu’ils discutent le chauffeur note que son nouvel ami a un poignard en argent enroulé autour de la jambe. Il comprend alors que cet homme cherche à tuer quelqu’un pour se venger. Alors qu’il laisse l’auto-stoppeur à un carrefour, le chauffeur réalise que le peu de temps qu’ils ont passé ensemble a tout changé, et que leurs destins sont désormais liés.

 

HUNGARIAN DAYS

EASY LESSONS de Dorottya Zurbó – Kafia vient de Somalie, elle a vingt ans et étudie le hongrois à Budapest. La découverte de son corps, l’émancipation de sa famille, son ambition de devenir mannequin. L’entrée dans le monde des adultes d’une jeune immigrée à travers son parcours d’intégration et d’assimilation avec la culture européenne. Un chemin qui l’amènera à laisser derrière elle les conditionnements religieux et culturels imposés par ses origines.

 

SPECIAL

AFTER THE REVOLUTION de Laurentiu Calciu – Un document unique sur la Roumanie peu de temps après les jours sanglants de la Révolution roumaine de 1989. Le film rappelle l’état des affaires à Bucarest, où les protestations se déroulaient de manière quotidienne, le peuple s’inquiétant de la façon dont les proclamés leaders avaient pris le contrôle. La caméra filme les rues remplies de gens engagés dans des débats politiques passionnants.

 

Share your thoughts